Cliquer, merci Cliquer, merci Cliquer, merci Cliquer, merci Cliquer, merci Cliquer, merci Cliquer, merci Cliquer, merci Cliquer, merci Cliquer, merci Cliquer, merci Cliquer, merci Cliquer, merci Cliquer, merci Cliquer, merci Cliquer, merci Cliquer, merci Cliquer, merci

 

 

 

 

Notre avenir

Durant des années l’Union européenne a vécu sur l’adhésion des peuples qui avaient connu la Deuxième Guerre mondiale. A leurs yeux, la question de l’Europe ne se posait même pas. Comme Simone Veil, rescapée d’Auschwitz, ils étaient prêts à s’associer à l’ennemi d’hier pour ne plus revivre l’horreur de la guerre.
Cependant, aujourd’hui nous avons changé de millénaire, la Seconde Guerre mondiale semble un passé lointain. De son côté, à trop s’occuper de procédures et de règles, l’Europe s’est laissé discréditer. Des gouvernements résolument hostiles se sont installés en son sein. Le Brexit n’est pas un accident de l’histoire, il correspond à un profond sentiment de rejet. Si nous ne faisons rien, un jour ou l’autre, nous nous réveillerons et nous verrons que l’Union européenne n’existe plus.
Peut-être est-il temps de prendre des décisions hardies ? C’est ce que fit Athènes quand elle instaura la démocratie. Cela ne s’était fait nulle part auparavant et pouvait paraître très risqué, mais Athènes l’osa. Et comme l’indique Hérodote, ce fut une réussite éclatante.
Les Européens des années 1920, eux, laissèrent passer leur chance. Ils pensaient avoir du temps pour construire l’Europe, alors que la crise de 1929 et Hitler étaient à leur porte. Du coup, tout ce qu’ils avaient commencé à mettre en place fut balayé.
Deux options sont devant nous : poursuivre la construction européenne ou laisser l’Union dériver.
L’heure est venue de nous risquer en avant avec les pays européens qui y sont prêts. Il s’agira de constituer avec eux une avant-garde qui défrichera le terrain, qui construira un euro plus solide, une Europe plus protectrice.
Rester immobile c’est courir le risque de voir bon nombre de pays, et l’Europe elle-même, submergés par une vague populiste.
Nous devons avoir conscience de la valeur de l’Europe. Nos succès techniques nous placent au premier rang avec par exemple Airbus ou Galileo, le procédé de géolocalisation le plus précis au monde. Les Etats-Unis nous envient notre système de protection des données personnelles. Notre programme Erasmus a déjà formé neuf millions de jeunes. Nous sommes le premier contributeur de l’aide humanitaire dans le monde, et notre continent est le plus mobilisé pour la sauvegarde de la planète.

La suite du texte ne fait pas partie de la section consultable en ligne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
         

exemple de rectangle exemple de rectangle Description exemple de rectangle exemple de rectangle